Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Atelier doctoral international. Faire l’histoire du fait économique : commerce et crises financières

30 avril / 10 h 00 min - 16 h 30 min

Cliquez ici pour consulter l’affiche de l’événement

Atelier doctoral international, Faire l’histoire du fait économique : commerce et crises financières. Cas d’étude et enjeux méthodologiques dans une perspective globale. 16e et 17e siècles. Atelier de clôture du programme La mer et la finance. Banquiers, marchands et corsaires dans le global turn de l’histoire économique et sociale.

Cet atelier est un moment de formation doctorale et postdoctorale autours de interactions économiques et financières qui ont caractérisé l’espace européen et atlantique à la première modernité. Les crises multiples qui caractérisèrent le 17e siècle, seront la toile de fond à cette journée qui mettra Gênes et les Flandres au centre d’un système financier international.

La guerre, le commerce, la géopolitique seront les multiples contextes à prendre en compte. L’atelier -en anglais et en français- sera divisé en deux moments: aux conférences des professeurs Luca Lo Basso et Claudio Marsilio, suivra la prise de parole de doctorant.e.s et postDOC (éventuellement mémorant.e.s intéressé.e.s), qui présenteront un aspect spécifique de leur recherche en cours, en lien avec la thématique de l’atelier. L’explicitation de difficultés méthodologiques, heuristiques ou historiographiques sera particulièrement appréciée. Les professeurs Lo Basso et Marsilio seront les répondants des interventions.

Pour s’inscrire : silvia.mostaccio@uclouvain.be (objet du mail : « Atelier commerce et crises financières ») avant le 12 avril 2024

 

Résumé/Abstract

Claudio Marsilio (Università di Verona)

The European financial market in Early modern Europe: Genoa and Flanders in the heart of the international payments system and bullion market

During the 16th-17th centuries cashless payment transactions were among the most important means of payment which enabled the Early Modern European economic operators to provide liquidity wherever it was required. As a result, these payments – on the basis of the bill of exchange – contributed to financing the trade within Europe and therefore to the integration of different economic regions. The exchange fairs were well-established institutions that rhythmically and cyclically marked the time of the European financial calendar. Genoa did enough business to be able to establish ‘an alternative center’ of its own, first at the Besançon fairs (1535-1580) – in clear competition with the long-established Lyon meetings – and later at Piacenza (1580-1620) where at the beginning of the 17th century the Italian exchange fairs settled. The ‘Genoese system’ of finance and remittances reached its climax at Piacenza fairs where the clearing system of Besançon greatly increased its efficiency. Later on, and till the end of the 17th century, the exchange fairs moved to Novi and other minor centers not too far from Genoa. In the 1950s, the development of a well-organized foreign exchange market in early modern Europe gave rise to a controversy between Wilson and Heckscher, probably provoked by De Roover’s crucial research. Which was the monetary geography of Europe (16th-18th centuries)? The core of the debate was the ‘international integration of the monetary markets’ and the degree of ‘multilateralism’ of the international payments system. Wilson proposed a ‘mercantilist view’ describing a continent upset by international liquidity problems. On the other hand, Heckscher, with a strong emphasis, affirmed that multilateralism was a common practice since the 1650s, with bills of exchange serving as a settlement medium (e.g., the case of Amsterdam). As suggested by Parker (2013), among others, we should look at the period 1550-1700 as the ‘long 17th century’ (better known as the century of the ‘general crisis’). Since the 1960s this period has been at the centre of a strong and challenging historiographical debate which is still an open issue.

Luca Lo Basso (Università di Genova)

Le long chemin de l’argent. Le commerce maritime du métal précieux entre l’Amérique, Gênes et les Flandres (XVIe-XVIIe siècle)

À partir des années 1570 du XVIe siècle – comme le rappelait Fernand Braudel -, un grand flux d’argent, provenant des mines américaines du Mexique et du Pérou, emprunta la voie de l’Espagne, en suivant la route de retour de la Carrera de Indias. De Séville, le métal précieux, passant par Madrid et Barcelone, reprenait la mer à bord des galères de la flotte espagnole, mais aussi de celles de la République de Gênes, pour arriver dans le port de la Superba. Là, non taxé, il se déversait dans les coffres des financiers les plus importants de la Couronne, puis était commercialisé vers l’Est, puis ultérieurement vers l’Orient. De plus, il était vendu aux ateliers monétaires de nombreux États italiens et européens, et prenait la route des Flandres pour payer les soldats en service sur ce front. En même temps, les galères transportaient également d’Espagne les ordres à utiliser lors des foires aux changes. L’objectif du séminaire est de montrer comment le circuit de l’argent était organisé dans le trajet entre l’Amérique et Gênes, avec quels moyens, par quels itinéraires et avec quels instruments économiques et financiers, permettant des bénéfices substantiels aux opérateurs impliqués dans ce trafic.

 

Présentation des Intervenants

Prof. Luca Lo Basso (Università di Genova, département de sciences politiques et internationales) est spécialiste d’histoire maritime et notamment des échanges de marchandises de luxe et de guerre de course. Les liens entre mer, guerre et commerce international sont au cœur de ses enquêtes.

  • Uomini da remo. Galee e galeotti del Mediterraneo in età moderna, Milano, 2003.
  • Gente di Bordo. La vita quotidiana dei marittimi genovesi nel XVIII secolo, Roma, 2016.
  • “To Lose One’s Honour: Ambrogio Spinola’s Return to Italy, the Casale Affair, and the End of ‘Pax Hispanica’ (1627–30).” Ambrogio Spinola between Genoa, Flanders, and Spain, edited by Luca Lo Basso et al., Leuven University Press, 2022, pp. 177–210.

Prof. Claudio Marsilio (Università di Verona, département de Sciences économiques), est spécialiste en histoire de la finance de l’époque moderne. Il s’intéresse notamment au système international des banquiers génois, comme exemple pour une histoire globale des systèmes de payement aux temps modernes.

  • Marsilio – L. Gianazza – T. Brollo, “Monete e usi monetari nelle fiere di cambio (1580-1640)”, Rivista Italiana di Numismatica e Scienze affini, 124 (2023), pp. 149-200.
  • La colección de “listini” del Archivo Simón Ruiz. Las ferias de cambio de Medina del Campo en el corazón del mercado del dinero europeo (1580-1600), Medina del Campo, Fundación Museo de las Ferias, 2021.
  • “The role of the Genoese financial operators in the redistribution of the Spanish bullion: The ‘Mediterranean Road’ (1630-1700)”, Journal of European Economic History, L/2 (2021), pp. 57-87.
  • Exchange fairs and the Money Market in Early Modern Italy (1630-1650), Novi Ligure, Città del Silenzio edizioni, 2018.

Détails

Date :
30 avril
Heure :
10 h 00 min - 16 h 30 min
Catégorie d’Évènement:

Lieu

Maison des Langues (local MDL A.118)
Voie du Roman Pays, 3/a
Louvain-la-Neuve, 1348 Belgique
+ Google Map